Cie Mawguerite « les accompagnants » au Studio de la Manu

Source : Ouest France

Lors du dernier atelier des accompagnants, à l’école de danse les Entre Chats.

Photo : Dimitri Tsiapkinis

Installé depuis 2012 à Morlaix, le chorégraphe Bernardo Montet utilise le corps pour questionner notre rapport aux autres.

Depuis le mois d’octobre, un petit groupe s’est formé par le bouche-à-oreille autour de la

atelier des accompagnants

atelier des accompagnants

Compagnie Mawguerite du chorégraphe Bernardo Montet : c’est l’atelier des accompagnants. « Au départ, cet atelier était destiné aux soignants, médecins ou infirmiers, mais s’adresse également aux enseignants, aux parents, et finalement à tout le monde. Accompagner, c’est être là. Cette qualité de présence, c’est un engagement. Ce qui est compliqué, c’est sur la durée. Tu peux être là 5 minutes, mais une heure ? Qu’est-ce qui se passe, comment ça voyage ? », interroge le chorégraphe.

Du geste à la pensée

Le groupe se retrouve un samedi après-midi, à l’école de danse les Entre Chats, à Manufacture des tabacs. Quelques nouveaux s’agglomèrent au noyau dur, engagé depuis le début de l’aventure. Pas besoin d’être danseur. Ce qui compte aux yeux de Bernardo Montet, c’est l’expérience vécue. Lors d’un petit exercice, un volontaire s’allonge au sol et s’en remet totalement aux autres, chargés de le rouler jusqu’à l’autre bout de la pièce, sans heurt et sans douleur. Plus facile à dire qu’à faire : chaque corps abandonné réagit différemment. Chaque accompagnant doit trouver sa place dans le groupe.

« Il n’y a accompagnement que s’il y a effacement d’une partie, voire de la totalité de soi, analyse Bernardo Montet. On ne peut pas accompagner quelqu’un en se disant : je me mets en avant. Cette partie de l’effacement devient une valeur : s’effacer, c’est donner encore plus de force à la présence. Par exemple, ce qui tient mon corps, c’est mon squelette : ce qui est le plus essentiel pour être tenu, c’est la partie cachée. Comment chacun, à sa place, avec son statut social, fait sa part ? »

Petit à petit, chacun se positionne. Du mouvement naît la pensée. Lors de ces rencontres, « il s’agit d’aborder l’espace comme un lieu de questionnement pour un vivre ensemble dans la dignité, le respect de soi et de l’autre ».

Samedi 18 mai, de 14 h à 18 h, et dimanche 19, de 10 h à 13 h. Atelier des accompagnants à la Manufacture des tabacs, studio de danse les Entre Chats. Participation possible en fonction des places disponibles. L’atelier sera relancé à l’automne. Gratuit.

 

Source : Ouest France L. M.-M.